couple toxique

Les relations à risque

La manipulation se joue souvent en couple de personnes. Le manipulateur actif peut exercer sa pression et son chantage, œuvrer et toucher, uniquement si en face se trouve une personne qui a le terrain pour que cela soit.

Pour que le processus soit, il doit y avoir en face un processus qui accueille

Cette personne n’est pas dans tous les cas une victime au sens simple du terme. Elle peut elle aussi user de manipulation sous des aspects plus aimables. Chacun vient déployer son schéma psychologique et trouver réponses à ses besoins. C’est pour cela que dans l’accompagnement d’une relation toxique, on prête attention à aider les deux personnes, car toutes les deux souffrent d’un manque d’équilibre relationnel.

On veillera cependant à bien distinguer lors de problèmes dénoncés à identifier le jeu et l’implication de chacun avant d’en tirer conclusion. Dans les cas les plus graves, lorsque la santé d’un collaborateur est atteinte par la perversion d’une personne, évidemment que la situation doit être prise au sérieux. Un simple accompagnement de type coaching ne suffit pas, surtout lorsque le manipulateur souffre d’une pathologie. L’intervention d’un médecin-psychiatre est alors nécessaire.

Le dictateur et sa victime

C’est par exemple, en entreprise, le manager qui exagère son pouvoir et c’est le collaborateur qui exagère sa sensibilité. L’un domine, ordonne, rappelle fermement les procédures, le référentiel et en profite pour contrôler abusivement. L’autre, n’entend pas le discours. Il se laisse avoir par son hypersensibilité. Il est confus, inquiet, parle d’injustice et se met parfois à pleurer. Il a du mal à se remettre en question et tourne la situation en drame.

Le calculateur et le dépendant

En entreprise toujours, c’est par exemple l’auditeur qui exagère la façon de contrôler durant l’audit, et c’est l’audité qui exagère sa dépendance. L’un manipule, flatte, ment, use de pièges pour contrôler et relever la faute. Il cherche à amadouer faussement l’audité en le flattant. L’autre cherche à inspirer à l’auditeur de la compassion et de la pitié. Il demande abusivement en jouant les ignorants à être pris en charge, aidé. Il se montre sans défense. Je vous laisse imaginer ce duo dans la vie personnelle…

La brute et l’aimable

C’est la personne qui exagère son agressivité, la dureté de ses propos, sa rudesse et c’est l’autre qui exagère dans sa bienveillance et sa gentillesse. L’un intimide, lance des menaces directes ou sous-entendues, du type « il y en a d’autres qui souhaiteraient faire ce que vous faites », ou « tout repose dans vos mains maintenant », ou « n’allez pas nous décevoir ! ». L’autre remporte la partie par son côté non-violent et sa bonté qu’il montre au grand jour. Il s’arrange pour que d’autres puissent se positionner, en disant par exemple : « comment peut-il être aussi odieux avec une personne aussi gentille ! ».

Le juge et le protecteur

C’est celui qui se méfie de tout et de tout le monde. Il culpabilise pour un oui et pour un non. Il blâme facilement et n’oublie pas les fautes commises dans le passé. Il est très moralisateur et son attitude plombe l’ambiance. Le protecteur est un sauveur, un aidant. Il est embarrassé pour celui qui est visé par le juge qui exagère dans sa critique. Il vient en aide mais ne fait rien gratuitement. C’est celui qui attend un retour, sinon il saura user également de la culpabilité, du type : « après tout ce que j’ai fait pour toi ! ». Il se préoccupe surtout de répondre aux besoins des autres plutôt qu’aux siens, uniquement pour créer des dettes.

Fragilité d’un côté par le besoin, le sentiment d’infériorité, la peur du conflit, la dépendance à l’autre, la peur du regard de l’autre, le sentiment d’injustice, etc. Besoin de l’autre côté d’avoir le pouvoir, de manipuler, d’oppresser, de contrôler pour faire mal, pour s’élever tout en écrasant, pour faire payer, pour gagner son rang. Le couple dépendant affectif – manipulateur destructeur est le couple à risque le plus élevé.

© Geneviève Krebs, psychopraticien, médiateur et coach depuis + 20 ans. Spécialiste de l’accompagnement de la dépendance affective dans la vie personnelle et professionnelle. Auteur d’une douzaine de livres dont “Dépendance affective : six étapes pour se prendre en mains et agir” et
La dépendance affective au travail” parus chez Eyrolles

culpabilite-dependance-affective

 

0 comments on “Les relations à risqueAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *