dependance affective violence conjugale

Quand l’amour fait accepter l’inacceptable : violence conjugale

La dépendance affective rend-elle plus vulnérable à la violence conjugale ? Là est toute la question abordée dans cet essai à paraître chez Eyrolles le 20 octobre 2022. Quand l’amour nous fait accepter l’inacceptable jusqu’à nous mettre en danger ?

La violence conjugale est un phénomène social qui prend de l’ampleur.

Où en est-on avec cet indicateur qui nous disait en 2010 qu’une femme sur deux en France était victime de violence conjugale? Qu’en est-il des hommes qui sont également aux prises des débordements de leur conjointe et qui restent figés dans le silence car l’aveu aurait un goût de faiblesse honteuse ?

La question qui intrigue l’opinion publique est de comprendre ce qui fait qu’une personne régulièrement violentée au sein de son couple ne quitte pas son agresseur, semble accepter la situation, ou part et revient vers son bourreau, à flirter avec le danger jusqu’à y laisser parfois sa vie.

La dépendance affective semble être l’explication trop simple pour valider cette position ambivalente et l’acceptation de l’inacceptable dans le couple avec d’un coté une personne en manque d’estime de soi ayant peur de l’abandon et de la solitude, et de d’autre coté, un conjoint qui use d’autorité et de violence pour prendre le pouvoir. Le cliché du couple dépendant affectif – pervers destructeur semble être un argument devenu commun.

La réflexion que je souhaite mener dans cet essai est de savoir si réellement dans tous les cas, la dépendance affective rend plus vulnérable à la violence conjugale ou pas, sachant que tous les schémas comportementaux du dépendant affectif n’amènent pas à la soumission et au manque d’affirmation de soi.

Un essai que je souhaite utile aux personnes directement concernées par ces situations, aux professionnels de la relation d’aide, aux associations de soutien aux victimes et agresseurs, ainsi que d’apporter un éclairage sur le propos aux pouvoirs publics qui oeuvrent pour résoudre ces situations catastrophiques qui impactent indirectement aussi enfants et personnes âgées, témoins impuissants au sein des familles.