Recherche_emploi_burnout

Recherche d’emploi et épuisement

Vous avez eu la mauvaise surprise de perdre votre emploi, et peut-être que jamais jusque-là vous n’avez été en recherche d’emploi ?
Vous souhaitez prendre un nouveau virage dans votre vie professionnelle ?
Vous démarrez dans la vie active ?

Vous êtes plein d’entrain, des idées et des projets plein la tête, des plans arrêtés pour l’année à venir. Tout est ok. Reste uniquement à décrocher le job de vos rêves, ou pour certains un plan pour assurer l’alimentaire.

Les semaines passent, l’énergie que vous ressentiez au démarrage de votre recherche d’emploi commence à s’affaiblir en même temps que la colère interne gronde et que le découragement s’installe.

De jour en jour, l’absence de réponses à vos candidatures, à vos tentatives de rapprochements, et à vos diverses requêtes, laissent la place au doute, au manque de considération, à la perte de confiance et d’estime de soi. Le chemin direct vers l’épuisement, le burn-out.

Les dégâts de l’indifférence dans la recherche d’emploi

Recruteurs (certains), Services des Ressources Humaines (certains), chefs d’entreprises (certains), veillez à prêter attention à certaines pratiques lesquelles, par volonté de gain de temps, ont un impact catastrophique sur l’humain qui se cache derrière un mail, un CV, une lettre de motivation. Sans le savoir, vous avez peut-être à faire à une personne qui attache espoir à une réponse, même négative, à un échange, une piste de progrès, une évaluation, un pas en avant pour sortir d’une situation de blocage. Alors oui, vous n’êtes peut-être pas psychologue, et votre travail ne consiste pas à élever ceux qui sont au plus bas. Vous pensez qu’au contraire, vous êtes à la recherche du bon profil, de la performance, du candidat qui fera toute la différence positive dans sa façon d’être, ses savoir-faire, sa personnalité, son charisme, etc. Comme s’il n’y avait pas de place, un instant, pour un moment de « oups » dans l’existence de tout un chacun. Pourtant, le meilleur des candidats peut avoir trébuché un instant de sa vie. Savez-vous à quel point votre point de vue, les mots que vous choisissez pour l’exprimer, et vos silences peuvent influencer des dizaines et milliers (pour ne pas dire plus) de personnes en désespoir non visible ? Tous les candidats à trouver un emploi n’affichent pas d’emblée une mine désespérée, dépressive, ou épuisée, et pourtant au fond d’eux-même ce peut être le désarroi. Le candidat en état limite d’épuisement parvient encore pour un instant à fournir le meilleur de lui-même, le temps d’un espoir, d’un rendez-vous  ou simplement pour trouver les mots d’une lettre ou d’un mail. Votre réponse peut faire toute la différence. Qu’elle soit positive ou négative, avoir une réponse, comprendre en quoi la candidature correspond ou n’est pas adaptée à la situation, permet de trouver du sens pour la continuité et réinstalle la part de courage nécessaire pour assurer la suite du chemin. En plus d’une forme de respect, d’éthique, il s’agit d’humanité. Je pense qu’elle peut encore trouver place malgré le temps qui s’accélère, les objectifs qui se resserrent et les enjeux qui s’endurcissent. Alors attention, il n’est pas question ici de faire le procès des cabinets de recrutement. Loin de là. D’ailleurs, plus ils sont spécialisés, plus ils sont efficaces dans l’accueil en RDV des candidats et dans la suite à leur transmettre. Il faut également préciser que de nos jours entre 50 et 100 demandes arrivent à un recruteur. Il lui est impossible de répondre de façon personnalisée à toutes les sollicitations. C’est donc à vous, candidats, de faire le maximum pour obtenir la réponse dont vous avez besoin. Si les relances par mail sont courantes, l’appel téléphonique spontané reste rare. Ne restez pas dans l’attente. Bougez-vous et contactez votre interlocuteur.

L’épuisement 2.0 dans la recherche d’emploi

Si le métier de recruteur a bien évolué ces dernières années par la prospection via les réseaux sociaux par exemple ou le pré-filtrage des candidatures, l’approche pour trouver un emploi demande également une forte présence sur le Net : connaissance des entreprises, identification des personnes cibles, e-réputation, approche individuelle, déploiement de la candidature-CV sur divers sites, recherches et évaluation des compétences-clés et compétences rattachées des métiers visés, e-learning, etc… sont autant d’activités qui puisent dans l’énergie vitale de la personne en recherche active d’emploi. Le désespoir jour après jour de ne trouver réponse à sa quête peut installer une surconnectivité réduisant les contacts avec la vraie vie, isolant la personne, amenuisant son activité physique, et ses équilibres de vie. Il en résulte un épuisement moral et physique qui mène directement au burn-out. Et lorsque le chemin de la surconnectivité n’est pas celui qui est choisi, ce peut être celui du découragement, du « je laisse tout tomber », « à quoi bon », « je ne vaux plus rien », « je n’ai aucune importance pour qui que ce soit », etc. Dans les deux cas, l’isolement s’installe et devient le danger principal.

Coupez alors court avec l’approche digitale et reprenez la bonne et vieille méthode qui consiste à décrocher votre téléphone, obtenir un rendez-vous, rencontrer une personne, et parler en face à face. Il n’est pas rare qu’un chef d’entreprise ou un recruteur accepte de recevoir une personne qui se présente spontanément, si son emploi du temps lui permet. La démarche se fait rare et plait. Elle met en avant la volonté et la motivation du candidat qui tire profit de son action également au niveau personnel : accomplissement, affirmation, confiance en soi, et ouverture au monde.

Poussez du pied depuis le fond de la piscine

Si vous vous trouvez malgré tout dans une impasse, et que vous vous sentez extrêmement fatigué, que vous ne parvenez plus à savoir quelle direction prendre, quel est le métier qui est fait pour vous, quelles sont les perspectives d’ouvertures devant vous, que vous ne voyez rien d’autre que le néant et le vide… Faites-vous aider. Oui donnez une impulsion de courage et retrouver votre second souffle. Trouvez de nouvelles perspectives, modifiez votre façon de faire, souvenez-vous du parcours de ces inventeurs qui à chaque fois se relèvent et se relèvent pour aboutir enfin ! Dites-vous qu’il serait dommage de vous arrêter une seconde avant l’ouverture d’un chemin vers l’opportunité recherchée. Il y a forcément une issue positive pour vous aussi.

Si vous parvenez à trouver cette nouvelle impulsion de courage par vous-même, alors tant mieux. Si vous sentez le sol s’écrouler sous vos pieds, n’attendez-pas et engagez-vous pour un travail avec un spécialiste de la relation d’aide.

Prenez contact aussi avec la nature. Ressourcez-vous, regagnez en énergie. Une voiture ne peut pas avancer sans carburant. Il en est de même pour nous. Sans énergie, nous n’allons pas très loin. Rencontrez des personnes, observez, laissez monter en vous les enseignements de ce parcours qui a été épuisant et tirez-en vos conclusions avant de prendre de nouvelles décisions pour avancer.

Le plaisir comme carburant

La qualité de vie et le plaisir ne sont pas l’apanage seul des personnes en équilibre. Vous êtes demandeur d’emploi ou travailleur en souffrance, désireux de prendre une nouvelle orientation de carrière, l’horizon ne doit pas forcément rester sombre, grave, et le temps se transformer en heures laborieuses de recherche.

Prenez soin d’aménager votre espace de travail pour assurer votre recherche. Il est plus boostant de travailler dans un espace clair, ordonné, aéré et dans lequel on se sent bien pour donner le meilleur de soi-même.

Organisez le suivi de vos recherches avec la même approche que si ce projet appartenait à l’entreprise pour laquelle vous souhaitez vous investir. Il serait étonnant de vous voir travailler avec des feuilles volantes, des gribouillis dans tous les sens. Téléchargez une CRM (Customer Relationship Management : outil de management de la relation client) gratuite, simple ou créez votre propre outil pour gérer votre projet avec efficacité. Considérez l’entreprise comme votre client susceptible d’acheter vos services, le recruteur comme un client intermédiaire. Fixez-vous des objectifs simples et faites-vous le plaisir de constater vos réussites, aussi petites soient-elles, elles font du bien.

Faites des pauses. La fatigue est comme le sourire : elle est ressentie par votre interlocuteur au téléphone et entre les mots de vos écrits. Bougez, aérez-vous, rencontrez vos amis, votre famille, les personnes qui vous encouragent et vous accordent une minute constructive de leur temps.

Gardez l’endurance, la rigueur, le courage… et acceptez les moments de découragement, juste pour un instant, le temps de vous choyer, de vous consoler, et vous rebooster. « La baleine se mange par petits morceaux » comme disait l’un de mes professeurs. Patience. Le but est de plus en plus proche.

Geneviève Krebs, copyright 2015.

0 comments on “Recherche d’emploi et épuisementAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *