changement

Changement : le comprendre pour avancer

Les périodes de grands changements sont souvent animées de peurs, d’incertitudes, de déni, de pression, de frustration, d’émotions (parfois joyeuses !). Le changement peut être choisi ou subi, et à moins d’un événement déclencheur qui oblige le changement radical, il est plutôt fait de phases de transition, tel un processus qui accompagne les cycles dans le cheminement de la vie.

Le changement est une donnée permanente

En observant les événements dans nos vies personnelles et professionnelles, il est évident que le phénomène du changement évolue en permanence : changement de nouvelles pratiques, déménagement, nouvelle prise de poste, mariage ou rupture, départ à la retraite, changement de consignes et directives, changement de décisions stratégiques, changement relationnel, éloignement, déracinement, changement technologique, évolution des marchés, nouveau métier, etc. et sans compter tous les changements qui oeuvrent en nous, comme nos croyances, nos peurs, nos décisions internes, notre physique, notre état psychologique, notre niveau d’énergie, nos buts et désirs, le tout dans un rythme de vie de plus en plus rapide.

Le déclencheur du changement est extérieur, mais pas que …

Ce qui nous pousse à nous adapter ou à modifier notre vision des choses, nos comportements, nos décisions, et qui a un impact sur ce que nous ressentons, vient dans la majorité des cas de l’extérieur, et agit sur notre intérieur. Mais il arrive aussi que, poussés par l’envie de changer, nous déclenchions les étapes qui participent au changement. Insatisfaction, rêve non assouvi, désir d’évolution, besoin d’une vie en intégrité avec ses valeurs, tout cela incite l’individu sur son chemin au service de la quête d’un nouveau bonheur. Certains changements restent superficiels alors que d’autres installent la personne dans une transformation profonde et plus ou moins durable.

Dans le changement, la stabilité de l’être est intérieure

Si dans le changement, l’être est souvent animé par les références externes comme, le regard des autres, le conformisme ou la reconnaissance par exemple, c’est au fond de soi que nichent les piliers de la réussite du changement : ses besoins, ses émotions, ses valeurs, ses rêves, son instinct de survie, de développement et de transformation, sa créativité, son ressenti, son énergie… et tout ce qui fait son essence profonde, son soi. L’équilibre se trouve là, en référence interne et non en référence externe pour faire plaisir, rentrer dans un cadre conventionnel, ou satisfaire les autres. Mieux comprendre ce qui est essentiel pour soi, est l’assurance de faire le bon choix, de poser des décisions justes, et ensuite de pouvoir avancer et s’épanouir dans son environnement, et être en réalité avec ses responsabilités. Exemple : choisir un métier qui correspond à qui je suis et qui me permet d’assumer mes responsabilités dans la vie. Respecter son intérieur n’empêche pas d’assumer l’extérieur. Mais au moins, le respect de son soi profond est là.

Les 4 phases du changement selon F. Hudson

Frédéric Hudson, professeur à l’université de Columbia voit notre vie comme une succession de périodes de transition ; des phases d’engagement (lancement), de dé-synchronisation (déclin), de désengagement (cocooning) et de renouveau. En y prêtant attention, il est intéressant de comprendre où se positionner dans les différents projets de sa vie. Que ces phases soient vécues consciemment ou pas, elles oeuvrent.

  • La phase de lancement caractérisée par l’action et la motivation qui servent au démarrage d’un nouveau projet. L’énergie est à son summum et la satisfaction aussi. C’est la phase de construction, d’élaboration et de lancement des idées et projets. La personne est dans l’action, fortement impliquée. Tout ce qui est mené est en phase avec les valeurs de soi, son intégrité. Tout est aligné pour permettre la réussite et le sentiment de bien-être. Mais sans présence à ce que nous vivons et ajustements pour permettre à cette situation de rester ancrée de façon durable à cet engouement, le cycle bascule vers la phase 2 de déclin.
  • La phase de déclin durant laquelle la motivation baisse, voire disparaît. L’insatisfaction se fait de plus en plus présente. Tout ce qui animait la personne en phase de lancement, a disparu. Les défauts et désavantages de ce que l’on pensait idéal, pointent à l’horizon. Il y a une tentative alors soit de se remettre en connexion avec la motivation de départ, les souvenirs de ses bienfaits et donc relancer une nouvelle phase de lancement, et si celle-ci n’aboutie pas alors c’est le repli sur soi, que Hudson nomme, la phase de cocooning. Si rien n’est fait, c’est tout naturellement la phase 3 qui s’enchaine.
  • La phase de cocooning est une période de très basse énergie, de transition faite de résignation, désillusion, de déception, de sentiment de non retour, de désespoir, d’agacement, de frustration de faible remise en question par manque de force. Le moral de la personne est affecté. L’énergie n’est plus là et c’est la place à la perte de confiance en soi. C’est à ce moment délicat que la personne exprime un besoin d’aide car le mal-être est trop important. C’est durant cette phase que la personne a besoin de s’isoler du monde en coupant la communication et en évitant le contact. C’est une période de mise au point, de prise de conscience que « l’avant » ne correspond plus à ce dont on aspire. La prise de conscience du besoin du changement est là, sans vraiment savoir quoi et comment faire pour sortir de là… C’est un temps pour comprendre et imaginer une possible suite qui elle présente à nouveau du sens. A la fin de cette phase, c’est comme le printemps qui revient avec son énergie de renouveau. C’est le moment de passer à la phase 4 et de préparer la prochaine expérimentation, avec prévoyance et timidité… Le doute est encore là, même si la clairvoyance se laisse apparaître.
  • La phase de renouveau. La vie est un cycle sur lequel s’appuie l’espoir, la régénération, le rebondissement. Des idées nouvelles, des rêves à nouveau mis en lumière, un nouveau souffle d’énergie qui nait pour une nouvelle phase de lancement dans le changement qui se présente. Dans cette phase, nous avançons certes doucement, mais la pensée est à nouveau constructive. Les projets se dessinent, l’ouverture au monde se refait pour aller vers les personnes qui correspondent à ce qui fait sens pour soi et qui vient s’inscrire dans cette nouvelle optique. C’est le temps de la préparation, des plans, de la confiance, petit à petit retrouvée. Au fur et à mesure cette phase réintégrée, la personne est prête à relancer la phase 1 de lancement. Un nouveau départ, et donc un nouveau cycle qui reprend.

S’observer est une des clés pour réussir le changement

Le principe du cycle que propose Hudson existe dans les différents domaines de notre vie. Il est intéressant de s’observer pour identifier si nous les enchainons tout comme Frédéric Hudson le propose, ou si notre comportement est de faire des sauts d’une phase à l’autre, comme en prenant des raccourcis. Peut-être faisons-nous aussi parfois des allers-retours entre deux phases pour ré-expérimenter ou faire vivre une phase agréable de façon plus durable, comme par exemple un aller-retour entre la phase 1 et la phase 2.
L’émotion et le niveau d’énergie restent les indicateurs les plus intéressants à observer pour identifier dans quelle phase nous sommes :

  • En phase de lancement : Joie, excitation, plaisir. L’énergie est positive et haute.
  • En phase de déclin : L’énergie reste haute mais l’état d’esprit devient négative. L’insatisfaction prend place.
  • En phase de cocooning : l’énergie est négative. La personne manque de force, d’envie. Elle se sent déprimée, fatiguée, découragée. Elle ne sait plus où elle en est, et a besoin de solitude pour se reposer les questions de base, et se recentrer.
  • En phase de renouveau : l’énergie positive revient même si le rythme est encore lent et timide. La confiance revient, l’ouverture aussi. La personne sent qu’elle se retrouve. Une énergie printanière se fait sentir.

© Geneviève Krebs, coach pour l’accompagnement au changement et dans les phases de transition. Psychopraticienne. Auteur d’ouvrages dont “Dépendance affective : 6 étapes pour se prendre en main et agir”, paru chez Eyrolles en 2018.

0 comments on “Changement : le comprendre pour avancerAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *