dependance affective controle

L’épuisant contrôle qualité de soi-même

Quand au travail et aussi à la maison, chez les autres, rien ne vous échappe et que c’est plus fort que vous, vous devez vous occuper de tout, être au courant de tout, et tout superviser, alors oui, vous faites sûrement partie de ces personnes qui, pour se protéger, ont besoin d’être dans le contrôle.

On dit de vous que vous êtes perfectionniste, agaçant, intrusif, coincé, borné, et que votre façon d’être doit sûrement cacher quelque chose de profond, comme un traumatisme par exemple ? Une peur que cela recommence ? Un moyen de ne plus subir ? Un moyen de vous défendre ou d’éviter ?

Oui, pudeur, inquiétude, peur d’être déçu, abusé, ou de ne pas savoir comment réagir, ou peur de perdre quelque chose ou quelqu’un, il y a mille raisons pour expliquer le besoin d’être dans le contrôle pour un dépendant affectif.

Ne rien laisser transparaître, ainsi qu’il a été demandé durant l’enfance : « Ne fais pas de bruit. Tais-toi ! », « Ne pleure pas ! », « Arrête de rire comme ça ! » Rien ne doit être remarqué, ni des émotions ni des sensations. Rires et pleurs doivent être refoulés, alors que le plus grand besoin est l’échange, la reconnaissance, le partage, et l’appréciation. Quelle violence !

Rester à la marge par le contrôle rassure et permet d’éviter tous les risques. Et en même temps, être dans l’hyper-contrôle isole la personne, qui est souvent maintenue à l’écart par agacement de son entourage et méfiance de ses réelles intentions.

S’il s’agit d’un besoin compulsif, sachez qu’il ne part jamais d’un mauvais sentiment à l’égard des autres. Mais uniquement d’user de pouvoir sur soi et pour soi, afin d’agir en cas de besoin et non d’avoir à subir.

La maîtrise de soi doit dans ce cas parfois passer par la maîtrise des autres, et pourtant on le sait bien, personne n’a aucun pouvoir sur les autres, mis à part celui d’influencer.

Reste au dépendant affectif, la peur comme moteur de chaque instant et le pouvoir de se maîtriser lui-même au niveau de ses émotions, de ses sensations et de ses actions, et pour le reste, en entreprise, maîtriser et contrôler les tâches, les résultats, les procédures, la communication, l’information, et manipuler les relations pour mieux les contrôler et en maîtriser les risques.

Il a un besoin si important de protection émotionnelle et affective, et pourtant en agissant de la sorte, n’a pas conscience que tout est posé pour aggraver son manque affectif, et le mettre en danger émotionnel. Quel épuisement infligé à soi-même !

Extrait de “La dépendance affective au travail” de Geneviève Krebs, paru chez Eyrolles.

Pour aller plus loin, 2 suggestions de lecture :

  • le livre bleu : pour comprendre, se situer face au trouble et savoir par où commencer un travail individuel. La deuxième partie de l’ouvrage offre un accompagnement précis et structuré.
  • le livre rouge : imagé d’histoires vécues, ce livre permet de comprendre l’impact de la dépendance affective dans le monde du travail, les risques pour la relation et la performance. Il propose en deuxième partie 20 fiches d’accompagnement.

culpabilite-dependance-affective

0 comments on “L’épuisant contrôle qualité de soi-mêmeAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *