risques_psychosociaux_RPS

Les risques du manque d’expérience en audit

Les besoins en termes d’audit sont énormes dans les secteurs sur lesquels pèsent des obligations réglementaires de plus en plus lourdes, comme le domaine bancaire, l’assurance, l’énergie, la santé, l’alimentaire.

L’audit : un fort enjeu pour l’entreprise

Le marché de l’audit est en pleine expansion depuis 2012. Les cabinets d’audit embauchent régulièrement. Mazars a prévu 500 embauches en contrat à durée indéterminée depuis 2016, et PwC annonce plus de 1 200 recrutements dont 550 dans l’audit pour l’année fiscale 2014-2015 selon une publication du Figaro le 13/10/2014. Il en est de même pour l’affectation des auditeurs internes à qui il est confié des actions d’audit de plus en plus soutenues et fréquentes.

Les auditeurs confirmés restent en place le plus longtemps possible et le marché ouvre ses portes aux jeunes diplômés ayant quelques expériences de stages à l’étranger, étant dotés d’une capacité d’observation et d’analyse pointue, et d’un génie d’adaptation révélé.

Si le secteur se porte bien et que l’employabilité est confortable pour l’auditeur, il n’en reste que les enjeux pour les entreprises sont énormes et que la pression est permanente.

Audit – Changement & Risques

C’est dans la conclusion d’audit que la matière d’aide à la décision est puisée. Elle constitue le point de départ des actions stratégiques de changement. Les auditeurs sont de plus en plus aguerris par les conditions d’audit, les attentes de leurs commanditaires. Les entreprises ont l’obligation d’un changement rapide pour se fondre rapidement dans les nouvelles règles du jeu du marché international et des puissances économiques qui mutent. Les audités craignent davantage encore pour leur emploi. Tous les acteurs de l’audit peuvent dans ce contexte tendu, déborder par stress ou trait de personnalité vers un affaiblissement plus ou moins grave de leurs interlocuteurs. Les risques psychosociaux dans la relation auditeur-audité n’ont peut-être jamais été aussi élevés qu’à l’heure actuelle. Souvent sournoises, les pratiques de manipulation et d’intimidation doivent être traquées. Il existe un enchaînement de comportements et de facteurs humains dont la répétition engendre de véritables risques pour les personnes et l’entreprise.

Manque d’expérience – performance & risques

La baisse de performance peut venir d’un manque d’expérience. L’auditeur qui vit ses premières missions fait face à des questions pratiques, des interrogations quant à ses savoirs, et des doutes par rapport à sa capacité à impliquer les audités.

L’audité peut lui aussi rencontrer des situations de mal-être ne sachant comment faire pour bien agir et apporter une valeur à l’audit.

Dans un cas comme dans l’autre, ce sont des situations normales de stress qui s’estompent avec l’expérience et quelques savoirs.

Il existe toutefois des situations de perte de performance, de mal-être et de mise en danger de la santé qui ne relèvent plus du cadre normal d’une relation professionnelle. Là où la pression prend place, où les jeux de pouvoir et d’intimidation font effets négatifs sur la personne, il est urgent d’agir.

La gestion des risques psychosociaux demande une surveillance et une analyse pointue. Comprendre les phénomènes, informer pour les éviter, auditer le terrain, tenir en alerte, agir personnellement, aider à un retour à la normale, est tout un processus.

Si l’audit est un cadre relationnel qui peut être un terrain à risque, il peut aussi servir à surveiller les risques dans l’entreprise tout entière.

Manque d’expérience et mal-être

Auditer la première fois c’est se surprendre à avoir des angoisses de page blanche, des craintes d’incapacité à poser les bonnes questions, des doutes quant à la mise en application de ce que l’on a appris durant sa formation d’auditeur. Quel est le bon comportement ? Comment les audités vont-ils m’accueillir ? Comment cacher mon trac ? Comment me présenter pour être le plus crédible possible (surtout si je suis auditeur interne et si les audités me connaissent au quotidien dans une autre mission ?

  • La peur et le trac surviennent lorsque nous croyons par anticipation que nous allons connaitre un échec ou que nous ne sommes pas à la hauteur. Et pourtant combien de fois par le passé, avons-nous eu cette même sensation, pour, finalement, nous apercevoir que tout s’est bien déroulé ? Je vous conseille de vous promener dans votre mémoire et de choisir un exemple de ce type, très significatif, où la peur de l’échec par anticipation n’était qu’une crainte infondée puisque la réalité vous a démontré qu’au contraire vous pouviez avoir en confiance en vous, en vos capacités. Prenez pleine conscience de ce que vous avez ressenti à ce moment-là, et mentalement, préparez-vous à ce même résultat pour vivre votre premier audit.
  • Se préparer efficacement est le meilleur chemin pour gagner confiance en soi. Tout comme en sport, l’entraînement crée l’expérience. Alors, répétez votre présentation, votre introduction. Imaginez le déroulement de la réunion d’ouverture, l’approche des audités, le type de questions générales qui vous aidera à maintenir votre objectif, etc. Ce travail en amont vous permettra de diminuer l’appréhension et augmentera vos chances de succès.
  • Dès votre arrivée dans l’entreprise, faites un tour dans les lieux concernés par l’audit. Saluez les interlocuteurs à qui vous aurez à faire. Familiarisez-vous avec les lieux, l’ambiance, les personnes.
  • Chaque chose en son temps et là, c’est le temps pour l’audit. Tout comme vous le demandez peut-être à vos audités, débranchez votre téléphone. Restez injoignable et donc entièrement focalisé sur votre audit.
  • La franchise et l’authenticité sont les meilleurs alliés de la gestion du stress d’anticipation. Osez dire ouvertement, lors de la réunion d’ouverture (surtout si vous agissez en tant qu’auditeur interne) :

« Voilà ! J’ai suivi une formation dernièrement pour aider l’équipe d’auditeurs déjà en place. J’ai reçu mon diplôme de fin de formation. Aujourd’hui, après plusieurs audits pratiqués en binôme, j’ai pour mission de vous accompagner. C’est donc une première pour moi. J’ai certainement encore plus le trac que certains d’entre vous. Donc, merci d’être indulgent. Ma façon de travailler est la suivante : … Pour y parvenir, j’ai besoin de votre participation. Sentez-vous libre de mettre en avant ce qui vous tracasse au quotidien et que vous pensez être inefficace. Proposez des pistes si vous en avez déjà. Faisons en sorte que ce moment d’audit soit des plus utiles. Le plan d’audit qui est prévu aujourd’hui est … selon tel timing. Merci. »

© Geneviève Krebs, auditeur, Formateur, coach RPS/QVT
Auteur de « Relation auditeur-audité : 100 questions pour comprendre », et co-auteur de « Nouvelles pratiques d’audit interne » parus aux Editions Afnor.

Une question ?