culpabiliser

CULPABILISER : tout prendre pour soi

Culpabiliser, tout prendre pour soi, se sentir visé à tout moment à en devenir susceptible ne veut pas forcément dire que l’on souffre de paranoïa. La fatigue, l’hypersensibilité, les complexes, le sentiment d’infériorité et surtout les culpabilités laissées en l’état sont des éléments qui prédisposent à se sentir concerné par tout, comme si forcément tout tournait autour de soi. Non, nous ne sommes pas le nombril du monde et tout n’est pas forcément dirigé vers soi !

Le sentiment de culpabilité est toxique. Il est dangereux pour la santé.

Si vous êtes dépendant affectif, la culpabilité, vous la connaissez depuis votre plus tendre enfance. Inutile d’aller chercher celui qui vous fait culpabiliser dans votre entourage (il existe surement), mais celui qui est le plus intéressant, c’est votre bourreau interne. Vous pensez n’être pas suffisamment bien, pas à la hauteur, pas aimable, pas compétent, pas assez beau, pas assez ceci ou cela, eh bien oui, il y a matière à ruminer et surtout à entretenir vos culpabilités, et vous faire du mal psychologiquement jusqu’à ressentir des maux physiques aussi. “Se faire du mauvais sang” est directement lié à la culpabilité.

Où j’en suis avec culpabiliser : autoévaluation

  • Est-ce que le passé fait encore partie de votre vie ? (Souvenirs, regrets, remords)
  • Avez-vous commis des erreurs, manqué des rendez-vous, fait des fautes que vous n’arrivez pas à vous pardonner ?
  • Avez-vous du mal à vous affirmer et êtes en colère contre vous-même de ce fait ?
  • Aimez-vous prendre sur vos épaules tout ce qui ne va pas ?
  • Etes-vous dépassé par les événements ?
  • Etes-vous souvent dans le subir plutôt que dans l’actif ?
  • Fonctionnez-vous par injonction ? (Il faut que…, je dois…)
  • Avez-vous tendance à être triste, mélancolique, déprimé, et avoir des idées noires du type « pas le droit d’exister » ou « à quoi ça sert d’exister ? »

Selon le degré de gravité de votre état de culpabilité, consultez. Je ne vous le dirai jamais assez.

Parallèlement, commencez à agir autrement. L’expérience est le meilleur moyen de constater du changement dans sa façon d’être. Faire autrement pour un résultat différent.

Agir autrement : quelques pistes pour le faire

  • Identifiez dans votre entourage les personnes qui prennent un malin plaisir à vous contredire, vous déstabiliser, vous manipuler, ou jouer de chantage avec vous.
  • Prenez du recul, en fin de journée par exemple, et re-visitez les scènes. Et voyez comment vous auriez pu réagir en vous affirmant et donc en posant un cadre plus respectueux. A force de faire ceci, vous allez développer votre sens de la répartie, et ensuite vous pourrez mieux réagir les fois suivantes. Ce sera déjà un pas de mieux en éliminant toutes ces situations qui polluent votre tête et vous culpabilisent.
  • Identifiez les personnes cette fois-ci non pas qui vous contredisent ou vous manquent de respect, mais celles qui précisément, vous culpabilisent. Osez avec ironie leur répondre : « Mais je rêve, là je t’entends vouloir me culpabiliser ! Pas avec moi s’il te plait. Ça ne prend pas ! ». Observez comment ça fonctionne ! Elles vont se rebeller, prises la main dans le sac !
  • Exprimez-vous (ce que vous avez entendu, ce que vous avez compris, ce que cela vous fait) et surtout demandez un éclaircissement des propos (preuves, faits). Si vous vous êtes fait des idées à propos de ce que vous avez entendu ou vu, alors vous pourrez lâcher-prise et déculpabiliser immédiatement.
  • Finissez-en avec cette fâcheuse manie de tout décortiquer, mentaliser, analyser ! Restez sur l’instant présent, le contexte et les faits.

Pour tout le reste, c’est à dire en lien avec les remords et les regrets du passé, faites une analyse ou une psychothérapie pour travailler les souvenirs malheureux.

Savoir accepter la critique

Et si savoir accepter la critique vous prémunissait de la culpabilité ? Ecoutez le podcast de l’émission “La Vie en Bleu” sur France Bleu Lorraine Nord. Marc Grandmontagne interviewe Geneviève Krebs à ce propos.

france bleu interview

France Bleu Geneviève Krebs

© Geneviève Krebs, psychopraticien et coach, auteur d’une douzaine d’ouvrages dont “Dépendance affective : six étapes pour se prendre en main et agir” et “Dépendance affective au travail” parus chez Eyrolles, et “Management des émotions”, etc.

1 comment on “CULPABILISER : tout prendre pour soiAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *