Burnout : Aide au retour à l’emploi

Retourner sur les lieux qui ont été le fief et l’ancrage d’un épuisement professionnel est souvent plus que délicat. Les personnes ayant vécu un burnout du à un surmenage professionnel et qui ont eu besoin d’être en arrêt maladie sont parmi les plus susceptibles d’en reproduire un ou plusieurs. Ce constat renforce l’idée de prendre en compte une démarche d’accompagnement dès lors les premiers signes observés, ou tout de suite après avoir récupéré au moins physiquement.

Il en est de même pour une personne qui revient après une longue absence pour maladie, pression, harcèlement ou raison personnelle : affronter les regards, les questions, les jugements, la relation. Savoir faire face au regard des autres, aux nouvelles tentatives de manipulation. Surmonter ses peurs et appréhensions par la préparation est souvent nécessaire.

burnout

Un processus incontournable en cas de burnout

En tout premier lieu, il convient de s’assurer d’avoir consulté un psychiatre ou un spécialiste en psychologie, en complément de votre médecin généraliste lors de la survenance du burn out, même si on sait que le burnout n’apparaît pas un beau matin, mais s’installe via un processus lent. Une dépression n’est pas un burn out et ne se traite pas de la même façon. Une dépression est une maladie reconnue. Le burnout n’a pas pour le moment été reconnu comme une maladie, même si de nombreux symptômes qui le traduisent sont reconnus comme des maladies à part entière. En revanche le burnout peut déboucher et amener à la dépression et donc aussi à un fort risque de suicide. C’est un état à prendre au sérieux. Il est important de travailler sur les facteurs de causes de l’anxiété qui vous ont amené à l’épuisement, et tout ce qui, sur le lieu de travail a pu favoriser cela. La question incontournable à se poser est le rapport que l’on a à son travail et l’écart entre nos recherches et attentes en faisant ce travail, et la place laissée pour pouvoir y satisfaire. Sans cela, le retour après l’arrêt de travail serait un grand risque de retrouver les mêmes conditions, et rechuter.

Une médiation pour mettre fin aux situations de harcèlement, et plus si nécessaire

Le burnout est différent de la souffrance due à un harcèlement. Même si la pression émotionnelle peut aussi amener à une forme d’épuisement et de dépression. Souvent, ni la personne arrêtée, ni l’employeur n’osent aborder les points délicats qui ont causé la situation, chacun se cachant derrière des tabous, et laissant les responsabilités, comportements et dérives entre parenthèse. Au mieux, le poste est revu mais c’est insuffisant.

Reprendre le travail par un mi-temps thérapeutique d’un mois reconductible permet de poser un cadre plus favorable à l’échange, à l’observation, à l’écoute de soi-même et apporter petit à petit les changements nécessaires. Un médiateur ou le médecin du travail restant présent si une médiation est nécessaire pour trouver les solutions et faire prendre conscience des responsabilités. Dans les cas les plus graves de burnout du à des situations très compliquées et bloquées à cause d’un harcèlement non maitrisé, l’intervention d’un avocat est de rigueur. Si vous êtes dans cette situation, adoptez le postulat que c’est à vous de faire le nécessaire pour vous protéger. Ne courbez pas le dos, en culpabilisant de votre situation et de votre absence, ni même avoir honte de revenir. Un burn out n’arrive pas par hasard. Si la situation reste définitivement bloquée, dites-vous qu’il y a mieux ailleurs, et reconstruisez-vous dans une autre mission, différente des conditions du poste qui ont été le siège de votre mal-être. Et pourquoi pas faire le point sur vos compétences et talents, et prendre un nouveau virage ? Et si tout cela était l’opportunité d’un nouveau départ ?

Un travail sur soi approfondi pour que cela n’arrive plus jamais

« Mieux se connaître, savoir quelles sont les valeurs qui m’animent, les besoins qui me sont incontournables, les causes et missions qui me tentent », est un travail intéressant dans ce cas. Il s’agit d’aborder un nouveau registre de votre vie professionnelle, et non pas de trouver un emploi en faisant le maximum pour ne plus tomber dans les mêmes travers et situations. Il vaut mieux d’ailleurs changer de poste, de projet, d’emploi, ou de métier, par choix que pour fuir une situation. Faire adhérer à son nouveau rêve plutôt que parler de l’enfer que l’on veut éviter à tout prix, n’est-ce pas une meilleure approche ? Se faire « choisir » durant un entretien de recrutement, est un travail que l’on peut préparer en coaching de carrière.

Si votre solution est de rester dans l’entreprise que vous aviez laissée pour quelques semaines ou mois, ne négligez pas pour autant ce travail à faire sur vous… tout ce deuil à faire, depuis l’acceptation de ce qui vous est arrivé, ce que cela vous a fait, la colère et la tristesse que vous avez encore besoin d’exprimer, jusqu’à définir la transformation que vous souhaitez pour votre retour et pour l’avenir. Retrouver son intégrité, son estime et sa confiance en soi est incontournable avant de reprendre le chemin du retour à l’emploi et oeuvrer pour la qualité de vie dans son milieu professionnel.

A la chaine du bien-être, cela est notre coeur de métier

Car ici ou ailleurs, si vous n’avez pas fait le point sur ce qui a rendu possible tous débordements à votre encontre, comme la pression émotionnelle, le harcèlement ou le chantage, la même démarche risque de recommencer.

Employés, Entreprises… Nous pouvons vous aider dans cette voie. Parlons-en, soit en démarche collégiale, ou individuelle. Préparer le retour à l’emploi après une longue période d’arrêt est une étape importante.

Copyright Geneviève Krebs 2017

Vous souhaitez nous contacter ?

2 comments on “Burnout : Aide au retour à l’emploiAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *